[Portrait d’Inuit] Peter, marin groenlandais

Je me suis découvert au Vietnam une passion pour la photo de rue, et des gens. Jusque là, je n’osais pas forcément aller vers eux leur demander si je pouvais les shooter, ou les voir après pour leur montrer éventuellement ma photo. Ou je n’en voyais pas trop l’intérêt. Pourtant, j’ai toujours eu l’échange facile avec tout le monde, mais je ne photographiais pas trop les gens. Je regrette de ne pas avoir plus pris de portraits d’habitants des autres pays que j’ai visités. Puis, j’ai repensé à Peter, rencontré au Groenland, que j’avais pris en photo, malgré tout.

J’ai rencontré Peter sur un bateau rouge au Groenland. Il en était le capitaine.

Peter est originaire d’Uummannaq, là où une montagne surplombe la petite ville. Mais pour le travail, il est venu quelques années plus tôt vivre à Ilulissat avec son épouse et leurs enfants. Depuis, il amène sur son bateau rouge des voyageurs jusqu’au glacier Eqi qui recule trop rapidement et qu’il a connu bien plus imposant, et à Ataa, cet endroit merveilleux.

ataa

Endroit merveilleux

Nous avions navigué plus de quatre heures, que j’avais passées sur le pont à shooter, à être stupéfiée par la beauté les icebergs, ou les deux à la fois. J’étais frigorifiée parce que shooter avec des gants, ce n’est pas pratique. Je lui avais demandé si je pouvais me réfugier quelques instants dans sa cabine, histoire que mes doigts dégèlent. Nous avions échangé quelques mots en anglais, il m’avait offert un chocolat chaud. Forcément, ça crée du lien. Nous avions passé « la nuit » (enfin, le jour polaire) dans un camp sur l’île d’Ataa, avec les moustiques et les quelques autres voyageurs qui avaient embarqué avec moi. J’avais tenté de caser les quelques phrases de kalaallisut, la langue inuit au Groenland, que j’avais apprises pendant plusieurs mois (car Immannguaq kalaallisut oqaluttarpunga, je parle un peu groenlandais). Peter avait été étonné qu’une étrangère se soit donnée la peine d’apprendre -des rudiments- de cette langue. Et nous avions poursuivi notre discussion à moitié en anglais, à moitié en groenlandais. Ou à deux tiers en anglais, un tiers en groenlandais, peut-être. Voire à 80% en anglais et 20% en groenlandais, sûrement. Il avait même fait une blague dans sa langue que j’avais comprise -fierté éternelle.

peter groenland

Peter aime la mer, et son bateau. Il m’a appris à lire la carte et le radar. Il m’a laissée naviguer dans une zone où il n’y avait pas trop d’icebergs -autre fierté éternelle, il faut que j’encadre cette photo sur mon mur ^^.

L’hiver, lorsqu’il n’est pas à Nuuk, la capitale, pour voir ses enfants partis y travailler, et où il est juge itinérant, Peter chasse sur la banquise. Il m’a raconté comment il chasse le phoque. Et comment sa femme le prépare. Il pêche aussi.

Peter rêve de voir Paris et le Japon. Sur son porte-clef, une tour Eiffel qu’un Français lui a un jour donnée. Il économise depuis des années pour s’offrir ce voyage, et y aller avec sa femme.

peter-inuit

J’aurais aimé garder un contact avec Peter, mais j’ai mal noté son adresse e-mail. Il faut dire que j’avais les doigts gelés et la correction automatique de mon smartphone ne m’a pas aidée. Dommage. Peut-être nous recroiserons-nous le jour où je retournerai dans la région. Imaqa.

Vous avez apprécié ? Partagez !Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+

This Post Has 3 Comments

  1. Malicyel dit :

    Moi non plus je fais pas trop de photos de gens, je suis souvent intimidée mais il y a de belles rencontres !

  2. Jeannot dit :

    Il a l’air sympa ton marin !

Leave A Reply